dimanche 4 février 2007

Evasion dans Paris



Comme le ciel était bleu, aujourd'hui, ensoleillé et bleu. Du haut de mon bureau, près de mes fenêtres en alcove, j'ai rêvé toute la journée au lieu de faire de l'économie, en regardant en contre bas... les toits gris-bleus, la cour de l'école, le sacré-coeur au loin, et les bruits de l'avenue...

Temps bleu et froid de l'hiver parisien, comme je t'aime ! Tu me donnes envie de me promener, de marcher et marcher encore, pendant des heures, comme avant... Marcher les mains dans les poches et le nez dans ma grosse écharpe, marcher sans céder à la tentation du bus ou du métro, marcher sans y penser et continuer à marcher... Marcher dans les petites rues, marcher sans savoir où je vais, sans savoir où j'arriverai précisément, marcher et partir bêtement à la petite aventure du coin de la rue, pas si terrible c'est vrai, mais toujours si amusante...

Marcher en partant de la maison, traverser et rejoindre les quais de la rive gauche, près de la Seine toujours trop grise, et qui n'est pas encore trop haute. Marcher là où on fait des piques-niques l'été, marcher là où les gens dansent en juin, marcher sous Jussieu, et regarder en face le canal Saint Martin.

Marcher en contre-bas de Notre-Dame, la saluer de loin pour éviter la foule, faire un clin d'oeil à Ipesup et puis couper par les ruelles de l'île de la Cité, passer devant la boutique en couleurs, Parallèle ou Paradoxe ?, devant Bertillon, fermé à double-tour en attendant des jours plus chauds, devant Amorino, et devant ce restaurant...

Marcher encore, pour revenir, sur les quais de la rive droite... Marcher pour à tout prix éviter Châtelet... Châtelet trop bondé, trop bruyant, trop encombré ; pour éviter la rue de Rivoli, aussi.
Marcher près des bouquinistes jusqu'à la station Pont Marie, feuilleter les livres, sourire devant les couvertures, et puis me fondre à gauche dans le Marais, à la recherche de nouvelles rues, où de celles que je n'avais pas retrouvées...

Marcher au milieu des gens, la masse du Marais, elle, me plaît bien, et puis dès qu'on s'écarte, elle disparaît. Repasser devant Chez Marianne, et avoir faim d'un Fallafel même si ce n'est jamais l'heure ; marcher dans le petit parc ; marcher et entrer encore une fois chez Antik Batik, chez Bensimon, et dans ces fripperies de la rue des Rosiers, où j'essaye toujours tout et n'achète jamais rien...

Marcher évidemment place des Vosges, repenser à Hugo, aux Hugos que je connais et au Hugo, le café ; sourire à l'homme qui vend ses aquarelles, me dire qu'il ne se rappelle sûrement pas de notre conversation de l'autre fois.

Revenir enfin par Bastille, en souriant au Flag, à l'Idiana, à l'Inguana, au Starbuck's, au Café Français, à la Fnac musique, au Paradis du Fruit, à Paul Beuscher, à Coffee & Friends aujourd'hui disparu ; bref à tous mes souvenirs d'il y a quelques mois...

Rentrer oui, rentrer par le grand axe de la Coulée Verte, pleine de poussettes et de rollers ; croiser sans doute quelqu'un ; m'arrêter chez No' pour voir les statuettes et respirer l'odeur de bois ; passer devant l'école primaire, et devant l'école maternelle qui lui est adossée, la trouver bien silencieuse ; passer devant la boulangerie et rêver aux tartelettes du dimanche midi... Et puis rentrer chez moi, enfin, tranquille, comme apaisée.

Que ne ferait-on pas pour ne pas rester chez soi à réviser...

1 commentaire:

André a dit…

http://centredaccueil.org