vendredi 15 février 2008

Des envies de poudreuse


Ce soir, je pars au ski. Oui, ça fait bien deux ans et des poussières que je n'en ai pas fait, mais ça promet quand même d'être très cool. Et puis, je n'ai pas peur du ridicule, et tant que je ne fais pas de snow, j'ai moins peur de me casser quelque chose (non non je ne me suis pas déjà pété le poignet non). J'ai hâte du froid, de la neige, de la fête et du soleil (pitiééé) ; je vous raconterai.


En attendant, comme d'habitude, j'aurais voulu vous écrire plus. Oui, je sais, mon billet de Saint Valentin a disparu, m'enfin, je crois que ça vaut mieux comme ça. J'aurais voulu vous parler de tous les films que j'ai vus (et de tous les dvds que Télérama m'a gracieusement offert), de la soirée des Faux Lonely Hearts hier soir chez Stefano, de mes récents trajets dans Paris sur des scooters divers et variés, de mes nouvelles trouvailles musicales, de ce qui traîne dans mes poches, de la grève de LA qui s'est terminée, et d'encore plein d'autres choses, mais ça restera pour après...


Parce que, en réalité, j'ai passé ces trois premiers jours de vacances à... vider ma chambre, de fond en comble. Non, je ne suis pas devenue maniaque, ni prise d'un soudain élan de faire le vide pour prendre un nouveau départ, parce que bon, ces trucs-là, disons que moi, ben, j'y crois pas trop (« ouais, tu jettes la moitié de tes souvenirs, tu verras, ça va changer. » ???).


The thing is, j'ai un dégât des eaux. Non, j'ai pas de voisin du dessus qui tire trop fort la chasse, mais oui, ma chambre est sous les toits (ouiiiii j'ai une chambre mansardée, et même que je vois le Sacré Coeur en tout petit au loiiiin) et la pluie filtre. Bon, c'est pas très grave, hein, simplement bah faut repeindre. Donc du coup, faut que je vide tous mes fatras, mes piles de machins, mes trucs égarés depuis des lustres...


Aux textos affolés « dis tu sais pas où je peux trouver des cartons de type déménagement ??? » j'ai laissé place au rassemblage de grands sacs (pour une fois que ces sacs démesurés de la fnac vont servir). Et puis, j'ai vidé, j'ai rempli. Je n'ai pas encore trié, non, je laisse ça pour la dernière semaine de vacances, pour faire ça au calme, et puis parce que j'aime bien remettre à plus tard ce que je n'aurai jamais envie de faire.


Ca fait bizarre d'avoir décroché tous mes posters d'adolescente, et les cartes postales de Valentin, la photo qui garde en son dos l'écriture de mon grand-père, des vieux papiers où l'on ne voit plus rien. Le plus dur, ça a été de rassembler tous mes cahiers. C'est fou le nombre de conneries que j'ai pu écrire, depuis le collège. J'hésite entre vous dire que j'ai énormément changé, ou alors pas tellement. Et non, je n'en ai pas jetés. Je les ai tous mis dans un autre sac, et j'appréhende le moment où je me déciderai à finalement les trier, parce qu'il faudra bien que je le fasse, sinon, à ce rythme, c'est pas un sac qu'il va me falloir, mais un garde-meubles !


Bref, on reparle de tout ça dimanche 24 février !

6 commentaires:

grégory a dit…

Avant de partir !!!!!!!
je t'ai tagué : http://ctoileblog.wordpress.com/

Ana a dit…

oh cooooooooooooooooooooooool

Ana a dit…

enfin cest cool mais ça attendra la semaine prochaine -- départ imminent ! merci qd mm greg'

l'homme qui rit a dit…

y'avait tant de cartes postales que ca???
en plus je pense pas qu'elle soient trés originales....

fisoan a dit…

bonnes vacances!!!

Jean Freysselinard a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.