jeudi 7 février 2008

Chronique d'un partiel d'enjeux po.



Je n'ai pas pour habitude de raconter les détails des exposés et autres types d'évaluations, mais il faut avouer que là, la tentation est trop forte. Après le partiel de mardi, on avait, ce matin, partiel d'Enjeux Politiques.


Couchée la veille vers une heure, debout presque six heures plus tard, je me rends compte juste avant de partir que hum, une trousse avec des crayons pour écrire, ce serait pas con, pour un partiel. Quinze minutes plus tard, sur le quai du RER B... Dix minutes d'attente. Puis quinze. Puis « ce train ne prends pas de voyageurs ». BORDEL !!!! Tous les chemins mènent à Rome, mais un seul à Arcueil, alors les problèmes de la RATP, merci... et ce n'est pas demain la veille qu'on s'y rendra en taxi, croyez-moi !


Toutefois, j'ai un peu de (mal)chance et, à huit heures trente pile poil, je gravis les derniers escaliers qui mènent au quatrième étage de la maison des examens (non ils pouvaient pas nous mettre au premier non). Bienheureusement, le partiel est reporté d'un quart d'heure, parce qu'il y a des encore plus retardataires que moi. Donc on profite du quart d'heure pour se confirmer les uns les autres la rumeur facebookienne qui prétend que le sujet serait sur les langues en Europe, et qui m'a valu quelques relectures nocturnes de cours et autres articles wikipédiesques, au profit desquelles j'ai sacrifié Rawls (et puis aussi parce que mémoriser Rawls en une nuit, c'est couru d'avance que c'est impossible).


8h45, « vous pouvez prendre connaissance des sujets ».


1 – En quoi l'équité est-elle supérieure à l'égalité ?

2 – Sommes nous vraiment des modernes ?


Surprise dans la salle. Quoiiiiiiiii mais elles sont où les langues ?!!!!! Ah bah merci la rumeur, hein. Le premier faisant une référence non négligeable à notre cher John R., je me lance dans le deuxième. Sommes-nous vraiment des modernes ?... Et ta soeur, j'ai envie de répondre, mais bon, par respect pour le correcteur, je creuse quand même un peu plus.


Après, vous la connaissez, l'histoire. Rassemblement des connaissances, plan, etcetera etcetera, ma culture philosophique étant assez restreinte, puisque je suis hermétiquement fermée à cette matière depuis que je me suis coltinée un 8 au bac (ouais, coefficient 7, payyyyyye ta terminale littéraire, paye !)... Donc bon, un petit coup de Descartes, un petit coup de Rousseau, quelques notions de Weber et de Strauss, un refourgueage de BHL et Finkielkraut (non je n'ai pas fait ma fiche de lecture pour rien), quelques hypothétiques idées de Kant, et euh, bon, on va dire que ça passe hein...


Viens le moment de la rédaction. Et, l'introduction finie, je relève la tête. 10H20, encore 2h25, et j'ai une flemme immense. Non mais, vraiment, faut que j'écrive huit pages là ? Pffffff. Enfin, le coeur n'y est pas, mais je me lance quand même.


Sept pages plus tard, vers midi, j'ai le pouce et le majeur totalement bleus, les joues rouges, le chewing-gum sans goût. Je pousse un gros soupir à me faire mal regarder par ma voisine, ce que j'ai écrit n'a plus grand chose à voir avec mes idées de départ, mais c'est trop tard. Et puis, j'en ai marre, je bâcle une conclusion abracadabrantesque, ne prends pas la peine de relire, et hop, fini, out, terminé.


Voilà. 2 finals done, 2 to go. Samedi matin, rebelotte, alors il faudrait maintenant que je songe à me mettre au droit. Mais bon, là tout de suite, c'est non.

7 commentaires:

l'homme qui rit a dit…

t'as pris un sujet génial!
ca me donne presque envie de passer vos partiels tellement ca ressemble à nos petits supplices de khâgneux!

Ana a dit…

lhomme kiri : oui, bah jte la odnne ma copie, si tu la veux !!!

Amylee a dit…

Trop balaise Ana, là tu m'épates !!!

Ana a dit…

n'importe quoi :D

grégory a dit…

haaaaaaaaaannnnn on a envie de faire les sujets :
ALors ! l'équité c'est faisable et souhaitable, l'égalité est impossible et c'est pas plus mal. On doit faire huit pages ? Doux Jésus..
Sinon ton sujet sur la modernité me fait penser à ça : pour être en avance sur son temps, il faut être en retard sur sa modernité (M-E. Nabe) . A méditer.

Ana a dit…

oui greg', sauf que le principe c'est : j'ai fait mon partiel, alors QUON NE ME PARLE PLUS DE PHILO !!!! :D donc bon la citation est pas mal mais, humheum, j'ai un peu la flemme d'y réfléchir, hein :)

grégory a dit…

ouais je sais mais bon tu nous mets les sujets sous le nez aussi, alors c'est tentant !