lundi 12 mars 2007

"Je vous aime... nous non plus"

Allez, puisque c'est le sujet du jour, parlons un peu de Chichi.

Méga-surprise, Monsieur Le-président-depuis-trop-longtemps ne se représente pas. Dommage (ironie, hein), ça nous aurait fait rire un peu, et ça aurait mit un peu d'ambiance dans la guéguerre de pseudo nouveauté Ségo/Sarko/Bayro. (oui, je sais, ça fait très moche sans « u », mais c'est pour la rime pourrie).

Méga-surprise là encore, motus et bouche cousue de Jacquot sur ses intentions de vote. Lui ? Appuyer Sarko ? Nooon... enfin, pas là, tout de suite, quoi.



Méga-surprise aussi, les réactions des candidats... que de justesse, que de sincérité, bref que des éloges, à part Le Pen, bien sûr, qui y est allé de son petit coup oratoire en priant dieu de garder « son pire ennemi » (il aurait d'ailleurs pu faire un petit appel pour ses signatures, en passant, puisque ça fait 24h qu'il n'a pas hurlé à l'aide).

Enfin, dernière méga-surprise... non non, il ne compte pas s'enfuir pour le Japon pour retrouver ses comptes en banque, mais veut continuer à servir la France... Oui, j'en connais un qui se verrait bien au conseil constitutionnel, hein...

Voilà tout ce que je peux bien vous dire sur la fin de règne de ce cher Jacques (non pas que je n'aie pas envie d'épiloguer, mais, hum...). Un peu émouvante, certes, mais pas trop, parce que comme le disait si bien ce matin le titre de Libération (que j'ai copié), bien plus éloquent que celui du Figaro : « Je vous aime... nous non plus » (mais bon, un peu quand même).

1 commentaire:

davveld a dit…

Le titre de Libé est génial... même s'il est synonyme d'un échec dramatique (pour Chirac mais on s'en fout, et surtout pour la France).