mercredi 20 décembre 2006

Mañana por la mañana si no se rompe la noche...


La soirée fut fort agréable... du moins son début ! Fin des cours à 21h15, course effrénée dans le métro vers chez Morgane...


Rien de mieux qu'un before à SEPT filles (Anne, Carole, Caroline, Ludivine, Maëlle, Morgane et moi) dans un petit appart' pour détendre l'atmosphère ! Vous voyez le topo : changage, coiffage, maquillage, regardage, tout ça sur fond de MTV et de ses émissions les plus culturelles du monde... mise en place de the legging girls and cie, quoi (non non, nous ne sommes pas toutes des victimes de la même mode...) !

Raclette entre filles, avec des pommes de terre vraiment cuites ; crêpe au nutella en dessert pour poursuivre dans la légèreté (n'ayons pas honte ^^). Un petit verre (ou plusieurs), quelques bonbons (sauf qu'il n'y avait plus de pimousses en coeur roses... c'est pas moi qui les ai mangés !), les dernières retouches, et nous voilà parties.


Métro et fou-rires, barre power, je me comprends (et Morgane aussi). Queue devant le Back Up, beaucoup de premières années dites donc, pas mal de connaissances estivales, mais évidemment plein d'inconnus aussi, en même temps à 800 personnes...


Je ne raconterai pas la suite de la nuit, car il n'y eut rien de très imprévisible : un vestiaire bondé (premiers écrasages de pieds...), de l'alcool, du monde, de la musique (on aurait pu s'épargner le passage cloclo que le dj nous resort à chaque fois), de la chaleur, le BdE (qui prétend vous rendre 2€50 au lieu de 5, on m'explique ?), la danse, le mal aux pieds, les gens qui s'embrassent (souvent de manière assez trash d'ailleurs), la fatigue, le froid de l'extérieur, le taxi à trois, Paris la nuit, et puis mon lit.


Ce matin, deux enseignements à tirer.
D'abord, boire moins, c'est mieux (okay, ça tombe sous le sens pour certains, mais bon...!) : on évite la godiche attitude (quoique), et les lendemains sont meilleurs.
Ensuite, une abstinence de fêtes-en-boîte-exclu-scpo s'impose, parce que j'en ai marre des soirées qui se suivent, se ressemblent et, immanquablement, me déçoivent. Je ne m'étendrai pas parce que mes raisons sont assez incompréhensibles pour ceux qui me connaissent mal, et même pour ceux qui me connaissent ; je crois même que ça l'est pour tout le monde, sauf Maëlle (on se comprend, là aussi, quoi).

Compte rendu pas très exhaustif, mais on fait ce qu'on peut...

2 commentaires:

l'homme qui rit a dit…

chers auditeurs, on dirait bien que notre Ana nationale arrive à satiété des soirées du BDE, et dire qu'il y en a qui ne connaisse pas encore!

sinon c'est promis je ne te corrigerais plus tes (nombreuses) fautes d'orthographe,
j'ai mal à la téte de mes 28h de concours blanc alors je vais aller me mater des navets bien abrutissants et me désaltérer

et puis aussi dormir


mais je crois que je parle trop de moi
dsl il est tard....

Maelle a dit…

Ouais, alors là on se comprend, marre, marre, marre ! Les boîtes exclu-sc po, ça craint ! Quand aux couples qui s'embrassent de façon un peu trash, yen a marre aussi (sauf quand c'est nous mais ça on le dit pas ! et puis c'est pas pareil...). Pour pas être déçu... et bas ya qu'à pas sortir, enfin pas comme ça. On a décidé de se faire des contre-soirées, avis aux amateurs (célibataires ?). Non et puis j'ai envie d'être seule un moment. Merde à tous, et joyeux Noël !!!
Bisous Ana ! You're going to New York City baby !!! Wouhou !